Accueil

Le temps de la réflexion... et ensuite de l’action

par Peter Haegeman, Secrétaire-général de la CBB

 

Les jours qui entourent Noël et le Nouvel An sont généralement une période de détente et de repos pour beaucoup d’entre nous. Cette année, c’est encore plus le cas que d’habitude parce que nous avons dû nous conformer aux mesures anti-Covid. Cependant, alors que la campagne se poursuivait relativement tranquillement, ce calme a été troublé par une nouvelle importante pour le monde de la betterave sucrière belge : la coopérative de betteraviers-transformateurs CoBT a annoncé qu’elle abandonnait son projet de construction d’une nouvelle sucrerie à Seneffe.

Cette annonce marque la fin d’une initiative qui a été suivie avec un intérêt plus qu’ordinaire ces dernières années, tant dans notre propre pays que dans le reste de l’Europe. L’attention est allée encore plus loin : il y a bien eu des débats très vifs sur la réelle opportunité de cette initiative, y compris au sein même des différentes structures betteravières.

Ces discussions ne seront probablement pas immédiatement terminées. Il est logique et pertinent d’analyser le comment et le pourquoi du non aboutissement actuel de ce projet qui restera longtemps gravé dans la mémoire betteravière et sucrière belge. Les banquiers et les investisseurs potentiels n’étaient-ils pas assez courageux et entreprenants voire visionnaires pour oser le financer? Le modèle coopératif était-il un obstacle ? S’agissait-il d’un projet trop grand et/ou trop ambitieux dans un marché trop volatile et trop incertain ? N’avons-nous pas raté l’objectif de peu et pourquoi ? Et nous pourrions encore continuer à nous interroger pendant un certain temps... 

Il serait prématuré de formuler des réponses maintenant. Prenons le temps de la réflexion. Les semaines et les mois à venir apporteront probablement plus de clarté lorsque les coopérateurs de la CoBT seront mieux informés par leurs administrateurs.

Ce qui est déjà clair, c’est que dans un contexte apaisé, nous devrons analyser sereinement et avec objectivité les raisons de non-aboutissement de ce projet d’ambition remarquable et en retirer les enseignements les plus utiles. Quelles nouvelles connaissances avons-nous acquises pour sauvegarder les intérêts des producteurs de betteraves et pour mieux nous positionner vis-à-vis des fabricants, mais parfois aussi avec eux dans les dossiers d’intérêt commun ? Tout ceci doit stimuler le monde agricole belge (et wallon) à ne pas se décourager et à rester positif et proactif à travers des initiatives collectives.

Nous pouvons certainement en sortir plus forts si nous menons cette réflexion de manière critique mais constructive et si nous resserrons les rangs dans le processus. Mais commençons par bien clôturer la campagne en cours. Après cette douloureuse crise sanitaire, espérons enfin que le redressement du marché du sucre se poursuive, afin que la betterave soit à nouveau correctement rémunérée et de manière équitable.

 

Le Président, les membres du Bureau et le personnel de la CBB vous souhaitent, ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers, une bonne et heureuse année 2021, plus que jamais, en bonne santé !

 

 

 

Pour consulter la dernière édition du Betteravier, cliquez ici.

 

Pour consulter le dernier communiqué de presse de la CBB, cliquez ici.


Bonne année

 

Espace Membres